amputer


amputer

amputer [ ɑ̃pyte ] v. tr. <conjug. : 1>
XVe; lat. amputare « élaguer, tailler »
1Faire l'amputation de (un membre, etc.). On lui a amputé la main gauche. couper, enlever. Par ext. Amputer qqn, lui enlever un membre. Amputer un blessé. On l'a amputé de la jambe.
2Couper, retrancher; priver par suppression, retranchement. diminuer, mutiler. La pièce a été amputée de plusieurs scènes. « J'étais amputé de l'éternel » (Malraux).

amputer verbe transitif (latin amputare, couper) Enlever à quelqu'un, par une opération chirurgicale, tout ou partie d'un membre : On l'amputa d'un bras. Retrancher un élément d'un tout : On a amputé cet article de sa conclusion.amputer (synonymes) verbe transitif (latin amputare, couper) Enlever à quelqu'un, par une opération chirurgicale, tout ou partie...
Synonymes :
Retrancher un élément d'un tout
Synonymes :

amputer
v. tr.
d1./d Pratiquer l'amputation de. Amputer un membre.
d2./d Fig. Amputer un texte, en retrancher un ou plusieurs passages.

⇒AMPUTER, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— Sectionner par intervention chirurgicale (une partie utile du corps).
1. [L'obj. désigne un membre] Amputer un membre, un doigt :
1. Le docteur Larrey, qui l'avait rencontré sur d'autres champs de bataille, lui amputa la cuisse; il était trop tard pour le sauver.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 598.
2. Il avait coupé des bras, amputé des doigts, remis des poignets, rafistolé des têtes fendues en ma présence et avec mon aide.
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 3, 1855, p. 331.
P. anal., HORTIC. ,,Couper un jet, une branche d'arbre.`` (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
3. J'ai trop jardiné moi-même pour ne point connaître le risque, en émondant, d'amputer des rameaux encore pleins de sève et redoute l'appauvrissement qu'entraîne une simplification trop sommaire.
A. GIDE, Journal, 1941, p. 91.
2. [L'obj. désigne une pers., un obj. secondaire désigne le membre à sectionner]
a) Amputer qqn de qqc. (d'un membre, d'un organe saillant) :
4. ... [Il] perdit dans la nuit ses deux compagnons, erra en pleine Forêt Noire pendant soixante-douze heures, tomba d'inanition et fut ramassé sous la neige dans un tel état qu'il fallut l'amputer des quatre membres : c'était un fier garçon de vingt-trois ans.
F. AMBRIÈRE, Les Grandes vacances, 1946, p. 225.
Rem. Syntagmes amputer qqn d'un jambe, d'une cuisse, d'un bras, d'un doigt, d'un membre, de son nez, de la langue, d'un sein, d'un pied....
b) [L'obj. secondaire n'est pas exprimé] Amputer qqn. Amputer un blessé, un homme, une femme... :
5. ... et là, dedans une petite chambre d'en haut, en tête-à-tête avec un gigot et une bouteille cachetée, il faisait à travers les cris des blessés, qu'on amputait au-dessous, il faisait le meilleur et le plus égoïste dîner qu'il ait fait de sa vie.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, août 1886, p. 589.
Par métaph. :
6. Ceci montre comment le Congrès de Vienne a procédé. Jamais opération chirurgicale ne s'est faite plus à l'aventure. On s'est hâté d'amputer la France, de mutiler les populations rhénanes, d'en extirper l'esprit français. On a violemment arraché des morceaux de l'empire de Napoléon; ...
V. HUGO, Le Rhin, 1842, p. 459.
B.— Au fig.
1. [L'obj. désigne ce que l'on fait disparaître] Amputer qqc. Enlever ou faire disparaître brutalement quelque chose qui est généralement considéré comme ayant de la valeur :
7. Le Catholicisme suffit à toutes mes facultés, sauf ma raison critique; je n'espère pas pour l'avenir de satisfaction plus complète; il faut donc ou renoncer au Catholicisme, ou amputer cette faculté.
E. RENAN, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883, p. 389.
8. On se figure que la religion est une affaire de secte et de fanatisme, qu'il faut se boucher les yeux, se rendre malade, se tenir dans un petit coin, s'amputer trois ou quatre facultés parmi lesquelles les plus nobles.
P. CLAUDEL, A. GIDE, Correspondance, lettre de P. C. à A. G., 1899-1926, p. 184.
2. [L'obj. désigne un être ou une entité affectée par le procès; un obj. secondaire indique ce dont on prive cet être ou cette entité] Amputer qqn ou qqc. de. Les priver brutalement de quelque chose :
9. ... il se trouve que j'ai compris le sens profond du sacrifice qui n'est point de t'amputer de rien mais de t'enrichir.
A. DE SAINT-EXUPÉRY, Citadelle, 1944, p. 755.
10. Délibérément, le monde a été amputé de ce qui fait sa permanence : la nature, la mer, la colline, la méditation des soirs. Il n'y a plus de conscience que dans les rues, parce qu'il n'y a d'histoire que dans les rues ...
A. CAMUS, L'Été, 1954, p. 112.
II.— Emploi pronom.
A.— S'amputer de qqc. :
11. Mais tel qui souffre de ses membres et s'en ampute plutôt que de s'efforcer vers le remède, je ne le dis point courageux mais fou ou lâche.
A. DE SAINT-EXUPÉRY, Citadelle, 1944, p. 870.
Par métaph. :
12. Alors, en homme qui a tout bien pesé, il lui expliqua que partir, c'était se reconnaître coupable. L'opprobre, dans ce cas, ne pouvait être évité par la famille, qu'en s'amputant du membre gangrené, en le rejetant, en le reniant, à la face des hommes.
F. MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, pp. 250-251.
Absol. S'amputer :
13. C'est l'animal lui-même, qui, par la contraction brusque et énergique de certains muscles spéciaux, s'ampute lui-même.
H. COUPIN, Animaux de nos pays, dict. pratique, 1909, p. 397.
B.— Au fig. S'amputer de qqc. :
14. Il avait ainsi gravi les six échelons suprêmes, et le fait que Basquettot y était maintenant le premier signifiait simplement que le ministère s'était amputé de six intelligences.
J. GIRAUDOUX, Bella, 1926, p. 100.
15. Un être tendre qui devient courageux par suggestion s'endurcit, souvent même il s'ampute lui-même de sa tendresse par une sorte de plaisir sauvage.
S. WEIL, La Pesanteur et la grâce, 1943, p. 104.
Rare :
16. L'image, au contraire, s'appauvrit quand elle essaie de s'intellectualiser. Car si la première [l'idée-mot] s'ajoute, par des recours au suggestif, une irradiation qui accroît sa portée, la seconde, pour la concurrencer, doit s'amputer, se dépouiller de sa force émotive.
R. HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 239.
Prononc. :[], j'ampute []. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 1re syllabe du mot. Pour une durée longue, cf. FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 1 1787.
Étymol. ET HIST. — 1. 1480 au fig. « couper, retrancher » (MESCHINOT, Lunettes des Princes, 122, Jouaust ds QUEM. t. 1 1959 : Les vices doit amputer, Hors bouter); 2. 1519 hortic. « tailler un arbre » (GUILL. MICHEL, Géorg. de Virgile, 58 r°, éd. 1540 ds DELBOULLE, R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 111 : Puis dit comment les arbres se resjouyssent, et en quelles terres et régions veullent estre plantez ...; comment se doivent nourrir, amputer et d'autres façons accomplir); 3. ca 1572 chir. « couper un membre » (PARÉ, V, 17 ds LITTRÉ : Si on connoit par le contraire que ces tumeurs se puissent amputer, il y faut proceder comme s'ensuit); 1834 part. passé substantivé amputé (BOISTE : Amputé [...] homme qui a subi une amputation).
Empr. au lat. amputare au sens 2 dep. CICÉRON, Tusc. 3, 13 ds TLL s.v., 2020, 26 : [par image] nos ... audiamus non solum ramos amputare miseriarum, sed omnis radicum fibras evellere; au sens 3, ID., Off. 3, 32, ibid., 2021, 59 : ut membra quaedam amputantur, ... sic ... feritas segreganda est; au sens 1, QUINTILIEN, Decl., 268, p. 95, 16, ibid., 2022, 31 : philosophi qui civitati possunt? amputant vitia?
STAT. — Fréq. abs. litt. :57.
BBG. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — ÉD. 1967. — GARNIER-DEL. 1961 [1958]. — GOBLOT 1920. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 131. — Lar. méd. 1970. — NYSTEN 1814-20. — ROG. 1965, p. 109. — TIMM 1892. — WALPOLE (R. N.). A Witness to the survival of in Old French. Rom. Philol. 1949/1950, t. 3, pp. 225-258.

amputer [ɑ̃pyte] v. tr.
ÉTYM. XVe; du lat. amputare « élaguer, tailler ».
1 Faire l'amputation de (un membre, etc.). Couper, enlever. || Amputer un bras, des doigts. || On lui a amputé la main gauche.(Passif). || Il a été amputé du bras et il ne lui reste plus qu'un moignon.
Par ext. Faire subir une amputation à (qqn). || Amputer un blessé. || On l'a amputé de la main gauche.
1 À la tête de grands services chirurgicaux, des chefs ignares, qui avaient l'air de n'avoir jamais opéré que des panaris, et qui décidaient et pratiquaient les interventions les plus graves, amputaient à tort et à travers (…)
Martin du Gard, les Thibault, VIII, 13.
2 (…) Moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse !
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, I, 4.
Hortic. || Amputer un arbre. Couper, tailler (→ ci-dessous, cit. 4, par métaphore).
Par métaphore. Mutiler, retrancher.
3 La révolution ampute le monde. De là cette hémorragie.
Hugo, Quatre-vingt-treize, III, 2-7.
4 Il n'y a culture que dans une continuation, et je tiens pour néfastes certains reniements de notre passé. J'ai trop jardiné moi-même pour ne point connaître le risque, en émondant, d'amputer des rameaux encore pleins de sève et redoute l'appauvrissement qu'entraîne une simplification trop sommaire.
Gide, Pages de journal, 2 août 1941.
5 Il s'était juré de travailler à la hache, de tailler dans la chair vive, d'amputer ce qui était mort ou périssable.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, X, 13.
2 Amputer (qqn, qqch.) de (qqch.) : priver par suppression, retranchement. Diminuer, mutiler. || La pièce a été amputée de plusieurs scènes.
6 Boubouroche (…) ne se voyait pas sans chagrin amputé du plaisir de brailler (…)
Courteline, Boubouroche, I, p. 28.
7 Je ressentais fortement que toute foi dissout la vie dans l'éternel, et j'étais amputé de l'éternel.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 235.
——————
s'amputer v. pron.
1 Réfl. || S'amputer d'un membre. || Animaux qui s'amputent. Autotomie; automutilation.
Par métaphore. || « Ce ministère s'était amputé de six intelligences » (Giraudoux, Bella, in T. L. F.).
2 Passif. || Le membre s'est amputé sans difficultés.
——————
amputé, ée p. p. adj. et n.
Enlevé par amputation. || Membre amputé.Par métaphore. || Désirs amputés.
Qui a subi une amputation. || Blessé amputé, amputé d'un bras.N. || Un, une amputée. aussi Mutilé. || Illusion des amputés, par laquelle ils sentent le membre enlevé (« membre fantôme »).
8 De même que les types aux costumes élimés avaient ce quelque chose d'indicible qui caractérise les amputés et les infirmes.
Claude Simon, le Palace, p. 104.
Par métaphore. || Être amputé de ses illusions. Privé.
DÉR. Amputable. — V. Amputation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amputer — AMPUTER.v. a. Terme de Chirurgie. Retrancher. Amputé, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • AMPUTER — v. a. T. de Chirur. Faire une amputation, pratiquer l amputation. Amputer un membre. Amputer un blessé. AMPUTÉ, ÉE. participe, Membre amputé. Il a été amputé, On lui a fait une amputation. Substantivement, Un amputé, Un homme qui a été amputé,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMPUTER — v. tr. T. de Chirurgie Enlever, à l’aide d’instruments tranchants, un membre, une partie du corps. Amputer une jambe. Par extension, Amputer un blessé. Son participe passé s’emploie comme nom. Un amputé, Un homme qui a subi une amputation …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • amputer — (an pu té) v. a. Faire une amputation. Amputer un membre, le sein. HISTORIQUE    XVIe s. •   Si on connoit par le contraire que ces tumeurs se puissent amputer, il y faut proceder comme s ensuit, PARÉ V, 17. ÉTYMOLOGIE    Amputare, de am, amb,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • amputer — vt. , couper, (une jambe, un texte) : êputâ (qq. de qc.) (Albanais.001, Albertville.021), inputâ (Annecy, Thônes) ; kopâ (qc. à qq.) (001,021) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ambidañ — amputer …   Dictionnaire Breton-Français

  • mutiler — [ mytile ] v. tr. <conjug. : 1> • 1334; lat. mutilare 1 ♦ Priver (un être humain, un animal) de son intégrité physique par une mutilation, une grave blessure. ⇒ blesser, couper, écharper, estropier. Il a été mutilé du bras droit, des deux… …   Encyclopédie Universelle

  • tronquer — [ trɔ̃ke ] v. tr. <conjug. : 1> • 1538; « élaguer » 1495; tronkier, tronchierXIIIe; lat. truncare 1 ♦ Vieilli Couper en retranchant une partie importante. Tronquer un arbre, une statue. ⇒ amputer. « Un coup de sabre avait tronqué son nez »… …   Encyclopédie Universelle

  • 127 heures — Logo original du film. Données clés Titre québécois 127 heures …   Wikipédia en Français

  • couper — [ kupe ] v. tr. <conjug. : 1> • colper XIe; de coup « diviser d un coup » I ♦ A ♦ Concret 1 ♦ Diviser (un corps solide) avec un instrument tranchant. Couper qqch. avec un couteau, des ciseaux, une hache, un cutter, un rasoir. Couper du bois …   Encyclopédie Universelle